Les secrets pour réussir l’isolation intérieure de votre habitat

par

L’isolation par l’intérieur est une étape cruciale dans la construction ou la rénovation d’une habitation, car elle garantit un bon confort thermique et acoustique, tout en permettant de réaliser des économies d’énergie. Bien choisir les matériaux adaptés à la configuration des murs et du toit et respecter certaines règles sont essentielles pour optimiser cette isolation. Dans ce guide, découvrez les critères à considérer pour déterminer la meilleure isolation possible pour vos murs, votre toit et les différentes épaisseurs de matériaux proposées sur le marché.

Comment réussir l’isolation intérieure de ses murs et de son toit ?

Pour isoler un mur intérieur, la première étape consiste à choisir un matériau performant, avec une résistance thermique adaptée (R) – plus celle-ci est élevée, plus l’isolant est efficace. Des options durables, écologiques et peu coûteuses existent de nos jours, telles que la laine de verre, la laine de roche ou encore la fibre de bois. L’idéal est de faire appel à un professionnel qui saura vous conseiller sur la solution la plus appropriée en fonction de votre situation.

Pensez également au choix de l’épaisseur minimale nécessaire pour obtenir un résultat optimal.

Les caractéristiques des matériaux d’isolation intérieure

Les différences entre les divers matériaux disponibles sur le marché s’expliquent par leurs caractéristiques techniques, leur composition et leur utilisation recommandée. Voici quelques-uns des types d’isolants couramment utilisés pour l’isolation intérieure :

  • La laine de verre : Fabriquée à partir de verre recyclé, la laine de verre est un matériau incombustible qui garantit une forte résistance au feu. Elle possède également d’excellentes performances thermiques et contribue à améliorer l’étanchéité à l’air de l’habitat. Légère, facile à poser et économique, elle offre une solution intéressante pour isoler les combles perdus, les cloisons ou encore les planchers.
  • La laine de roche : Cette fibre minérale issue de roche volcanique est plus dense que la laine de verre, ce qui lui permet d’offrir une isolation aussi bien acoustique que thermique de qualité. Résistante à l’humidité et aux moisissures, la laine de roche convient particulièrement pour les murs extérieurs et les toits exposés à des problèmes d’air humide.
  • La fibre de bois : issu de copeaux et de sciure de bois, cet isolant naturel et écologique est réputé pour ses qualités hygroscopiques (récupération et régulation de l’humidité). En plus d’offrir une bonne isolation thermique, la fibre de bois contribue au confort acoustique. Assurez-vous toutefois de choisir un produit doté d’un traitement hydrofuge pour éviter le développement de champignons.

Quelle épaisseur adopter pour une isolation intérieure efficace ?

Le choix de l’épaisseur adaptée à votre projet dépendra des performances souhaitées et de l’espace disponible pour poser l’isolant. Il est essentiel de veiller à ne pas surdimensionner les matériaux en prévoyant une épaisseur trop importante, qui nuirait à la rapidité du chantier ainsi qu’à la rentabilité à long terme.

Etablir le bon compromis entre performance energetique et pratique

Ainsi, il est important de ne pas négliger le rapport entre la performance énergétique et l’encombrement causé par l’isolation. Par exemple, dans le cas d’une rénovation où l’espace de vie est restreint, une épaisseur faible peut être privilégiée afin de préserver le volume habitable. Cependant, cela pourrait impacter la performance énergétique globale.

Les recommandations selon l’élément à isoler

Pour vous aider à déterminer la bonne épaisseur d’isolation intérieure, voici quelques repères généraux :

  • Murs : une épaisseur de 12 à 20 cm est généralement recommandée.
  • Toit-terrasse : selon les caractéristiques techniques de la toiture, l’épaisseur devra être ajustée pour garantir une isolation thermique et étanchéité optimales.
  • Combles : l’épaisseur minimale d’isolant est généralement établie à 30 cm, mais il est recommandé de poser au moins 50% d’épaisseur supplémentaire pour un résultat conforme aux meilleurs standards actuels.

Le saviez-vous ?

Au-delà du choix des matériaux, pensez également à prendre en compte certains critères essentiels pour améliorer l’efficacité de votre isolation intérieure :

Éviter les ponts thermiques

Ces points de déperdition d’énergie sont causés par l’interruption d’une barrière isolante, laissant ainsi passer le froid ou la chaleur. Veillez donc à bien traiter les liaisons entre murs, planchers et plafonds pour limiter ces désagréments.

S’assurer de la qualité de finition

Une isolation bien posée et sans défauts/améliore considérablement/la performance globale de l’enveloppe du bâtiment. N’hésitez pas à solliciter l’aide d’un professionnel si besoin, pour éviter tout risque d’infiltration d’eau ou de fissures dans les parois, par exemple.

Bon à savoir :

Lors de travaux d’isolation intérieure, il est fréquent que la réglementation thermique exige de respecter des normes spécifiques. Il est conseillé de se renseigner sur les aides financières possibles dans ce cadre, telles que le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), afin de bénéficier des avantages fiscaux accordés.

Articles Similaires