Déduire les intérêts d’emprunts de sa résidence principale : Une mesure fiscale, sociale, populaire

Par: Jean-Marie Noguier

Annoncée comme une priorité fiscale par Nicolas Sarkozy, la possibilité pour une personne désirant devenir propriétaire de son logement de déduire les intérêts d’emprunt liés à l’achat d’un bien immobilier sera possible dès la rentrée prochaine.

Déduire les intérêts d’emprunts de sa résidence principale : Une mesure fiscale, sociale et populaire !

Annoncée comme une priorité fiscale par Nicolas Sarkozy, la possibilité pour une personne désirant devenir propriétaire de son logement de déduire les intérêts d’emprunt liés à l’achat d’un bien immobilier sera possible dès la rentrée prochaine.

La déduction des intérêts d’emprunt pour l’acquisition d’un bien immobilier n’est possible jusqu’à présent que pour les logements locatifs. Cela fait partie des déductions d’impôts qui peuvent aboutir à un déficit foncier. Le propriétaire ou le bailleur doit remplir la déclaration 2044 qui concerne les revenus fonciers. D’autres déductions sont d’ailleurs possibles comme les travaux ou les taxes foncières.

Mais Nicolas Sarkozy veut étendre cette possibilité de déduction des intérêts d’emprunt aux particuliers qui veulent devenir propriétaires de leur logement. Actuellement, 50% des français sont dans ce cas. Le but de cette mesure étant de porter ce nombre à 70% le plus rapidement possible.

Outre le côté fiscal de la mesure, le nouveau gouvernement de Nicolas Sarkozy montre l’aspect social d’une telle proposition. En complément de la Loi Borloo qui permet d’acquérir un logement à 100 000 euros, cette mesure devrait permettre de construire des logements sociaux en grand nombre et de faire en sorte que leurs occupants en deviennent propriétaires.

La déduction des intérêts d’emprunt pour la résidence principale se heurte toutefois à quelques incertitudes. D’abord, existera-t-il un plafond pour une telle mesure ? Sans doute oui, mais à quelle hauteur ? Ensuite, que se passera-t-il pour les contribuables non imposables ? Probablement un crédit d’impôts mais jusqu’à quel montant ? Enfin, cette mesure permettra-t-elle au prix de l’immobilier de freiner sa constante inflation depuis environ dix ans ? C’est fort possible !

En tous cas, cette mesure qui permettra aux personnes les plus modestes de déduire les intérêts d’emprunt de sa résidence principale ou d’obtenir un crédit d’impôt et ainsi d’accéder à la propriété est donc une mesure à la fois fiscale et sociale et surtout populaire !

Source: http://www.aide-declaration.com/deduction-interets-residence-principale/index.html



Source : Contenu Gratuit / Impôts





Nbre Lectures : 11367     Nbre Mots Appx. : 328     Voir d'autres articles du même Auteur

Vous êtes autorisé à reproduire cet article sur votre site,
votre newsletter ou votre blog à condition de respecter
les 'Termes et conditions' de Contenu-Gratuit.com et
de maintenir les liens cliquables .




Lire Aussi:
Loi de Finances 2008 : Quelles sont les modifications ? Par : Jean-Marie Noguier
Le nouveau projet de loi de finances pour l’année 2008 comporte des nouveautés. Trois domaines sont concernés : les revenus de capitaux mobiliers, de nouvelles dispositions donnant droit à une réduction ou une déduction d’impôt et l’impôt de solidarité sur la fortune ( ISF ).

Illégalité de l'Agence du revenu du Canda - Plainte Par : Peter Leblanc
Les Citoyens Canadiens et les Entreprises Luttent Contre la Corruption Généralisée de l'ARC dans le cadre du Recours Collectif Proposé Contre le Ministre du Revenu National

Impôts sur le revenu : Nouveautés pour les revenus 2008. Par : Jean-Marie Noguier
Plusieurs lois déterminent les nouvelles dispositions fiscales pour l’impôt sur le revenu 2008. La loi de finances pour 2009 du 27 décembre 2008, la loi du « pouvoir d’achat « du 8 février 2008, la loi de finances rectificative du 30 décembre 2008, la loi de modernisation de l’économie ( LME ) du 4 août 2008 et la loi sur la démocratie sociale et réforme du temps de travail du 20 août 2008.

Déduction des frais réels : Comment et pourquoi ? Par : Jean-Marie Noguier
Chaque contribuable imposé sur le revenu a la possibilité de déduire ses frais professionnels de deux manières. La manière automatique qui consiste en un abattement de 10% ou la déduction des frais réels si c’est plus intéressant pour lui. Dans ce cas certaines règles doivent être respectées.